Skriv svar

Dossier Assistance publique - Secours refusés - Louise KUENTZ

abartoux2
male
Inlägg: 10
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour,

Mon AGM a été déposée à sa naissance en 1906, par sa mère, aux enfants assistés de la Seine. (née de père non dénommé)
Dans les motifs, on trouve que l'enfant était malade et que la mère, sans emploi, ne pouvait pas s'en occuper.
C'était sa 1ère fille, elle a ensuite gardé tous ses enfants, dont 2 (1908 et 1912) hors mariage aussi de père(s) non dénommé(s).

Ce qui me questionne dans le dossier récupéré aux Archives de Paris, c'est le fait que la mère a "sollicité des secours" mais qui lui ont été "refusés". (voir document joint)

Sauriez-vous par hasard quels étaient précisément les type de secours qui pouvaient être sollicités (garde temporaire ? aide financière ?...) ? Et surtout les raisons qui pouvaient pousser l'administration à refuser (ou conditions pour les obtenir peut être) ?
D'après mes recherches, la mère n'avait aucun d'antécédents particuliers avec la justice ou autre.

Je comprends à travers les informations du dossier, que la mère n'aurait probablement pas voulu se séparer de sa 1ère fille, mais que les circonstances, comme souvent à cette époque, pour une fille-mère de 18 ans, étaient trop compliqués.
J'ai l'exemple inverse dans ma famille où la mère a abandonné ses 5 enfants à l'Assistance, sans demander de secours particuliers.

Merci pour votre aide,
Marie (sosa 1)
Bilagor
Dossier dépot - page 3 - Avis donné sur la personne qui présente.jpg

bricor
bricor
Modératrice bénévole
Inlägg: 30647
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonsoir,

ce papier semble être juste un formulaire très administratif, déjà à l'époque ! La mère n'a peut-être pas exprimé une demande précise, elle a peut-être voulu mettre l'enfant à l'abri.

Puisque vous savez qui est l'enfant et ce qu'est devenu la mère c'est qu'elle n'a pas vraiment abandonné cette fillette.

On peut remplacer le mot abandonner par le mot confier, c'est une autre façon de voir l'évènement.

Cordialement

Brigitte
Modératrice bénévole sans lien de subordination avec généanet.

Mes relevés des Vaudois du Luberon :
https://gw.geneanet.org/essaisbrigitte
________________________________________________________________
"A l'an que vèn, e se sian pas mai que siguen pas mens"

abartoux2
male
Inlägg: 10
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour,

Merci pour votre réponse.

Mon arrière grand-mère n'a jamais connu sa mère.
Elle pensait que sa mère était morte en couches et que cela expliquait son placement à l'Assistance Publique.
Sur son acte de mariage, le nom de sa mère est indiqué, avec la mention "disparue".

C'est en obtenant le dossier d'assistance, il y a peu de temps, et en faisant des recherches, que nous avons découvert que sa mère n'était pas morte, elle avait même vécue encore 70 ans après cet accouchement et construit une grande famille... Nos familles auraient pu se connaître bien avant, mais nous faisons le nécessaire, maintenant, même en l'absence des deux protagonistes principales ! :)

Comme je disais, dans l'autre cas de placement de ma famille, c'est différent, pas de sollicitation de secours.
J'aimerais donc comprendre ce que recouvre ces informations de "secours" car justement, il me semble que ces cases de l'administration sont parfois tout ce qu'il nous reste à analyser en généalogie pour découvrir un peu mieux nos ancêtres.
Nous pourrions ainsi faire d'autres découvertes utiles à son sujet pour sa famille et la nôtre car elle n'a jamais parlé à ses enfants par la suite de cette première née abandonnée.

Il devait surement exister des procédures pour compléter les dossiers d'abandon en 1906 ?
Si vous savez, ou que vous avez trouvé les mêmes informations dans les dossiers de vos ancêtres, je serais heureuse d'échanger.

Merci d'avance,
Cordialement,

mbicaismuller
mbicaismuller
Inlägg: 14599
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour

voici comment j'interprète ce formulaire administratif.

On tente de dissuader la mère d'abandonner son enfant
on lui explique qu'un abandon est définitif
on lui explique qu'elle peut solliciter des secours pour élever son enfant (elle répond oui)
on lui refuse les secours puisqu'elle ne veut pas garder l'enfant (pour des motifs que nous n'avons pas à juger)

Pas de raison d'attribuer des secours si elle ne garde pas l'enfant, c'est logique.

Cordialement
Marie Louise
Mon blog : Mes petites histoires de Marseille et de Provence
http://provenceetmoi.canalblog.com/

abartoux2
male
Inlägg: 10
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour,

Merci beaucoup pour cette analyse. En effet, c'est tout à fait possible.

J'avais lu cependant dans des mémoires consacrés au fonctionnement de l'assistance publique dans les années précédentes (entre 1880 et 1900), qu'il y avait un vif débat philosophie à l'époque à ce sujet. Avec d'un coté les défenseurs de ce que vous expliquez, et d'un autre coté, les défenseurs (plus nombreux je crois) de l'aide, voir l'encouragement à l'abandon.

Certains souhaitaient en effet que l'état encourage, facilite, l'abandon des enfants, notamment par les filles-mères de condition modeste, argumentant d'une part la mauvaise qualité de vie des enfants dans ces familles et leur incapacité à être de bons parents (misère = mauvaises moeurs). Et, d'autre part, le fait qu'une prise en charge totale par l'état (et non temporaire) était préférable, donnait de meilleurs résultats. Pour sortir les enfants de ces milieux, pour recommencer une éducation depuis le début, préférant donc une rupture totale avec ces familles vues comme "incurables" de bêtise et de misère... (les mots que j'ai pu lire étaient très violents sur ce sujet)
Je ne sais pas qui a "gagné" et quels étaient donc les directives de l'AP en 1906...
Et vous avez raison, dans le cas de mon AGM, je ne saurai probablement jamais.

Je suis preneuse pour autant de toutes les analyses ou exemples !
Merci
Cordialement,

bricor
bricor
Modératrice bénévole
Inlägg: 30647
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
abartoux2 skrev:
13 juni 2021, 14:29
Bonjour,

Merci beaucoup pour cette analyse. En effet, c'est tout à fait possible.

J'avais lu cependant dans des mémoires consacrés au fonctionnement de l'assistance publique dans les années précédentes (entre 1880 et 1900), qu'il y avait un vif débat philosophie à l'époque à ce sujet. Avec d'un coté les défenseurs de ce que vous expliquez, et d'un autre coté, les défenseurs (plus nombreux je crois) de l'aide, voir l'encouragement à l'abandon.

Certains souhaitaient en effet que l'état encourage, facilite, l'abandon des enfants, notamment par les filles-mères de condition modeste, argumentant d'une part la mauvaise qualité de vie des enfants dans ces familles et leur incapacité à être de bons parents (misère = mauvaises moeurs). Et, d'autre part, le fait qu'une prise en charge totale par l'état (et non temporaire) était préférable, donnait de meilleurs résultats. Pour sortir les enfants de ces milieux, pour recommencer une éducation depuis le début, préférant donc une rupture totale avec ces familles vues comme "incurables" de bêtise et de misère... (les mots que j'ai pu lire étaient très violents sur ce sujet)
Je ne sais pas qui a "gagné" et quels étaient donc les directives de l'AP en 1906...
Et vous avez raison, dans le cas de mon AGM, je ne saurai probablement jamais.

Je suis preneuse pour autant de toutes les analyses ou exemples !
Merci
Cordialement,
Ça me rappelle un sujet à l'époque de mes études : "la pire des familles vaut-elle mieux que le meilleur des internats ?"

Mais qu'est ce que la pire des familles ?

Et que peut offrir le meilleur des internats ?
Modératrice bénévole sans lien de subordination avec généanet.

Mes relevés des Vaudois du Luberon :
https://gw.geneanet.org/essaisbrigitte
________________________________________________________________
"A l'an que vèn, e se sian pas mai que siguen pas mens"

labelairascitha
labelairascitha
Inlägg: 166
Släktträd: Grafisk
Visa deras familjeträd.
abartoux2 skrev:
13 juni 2021, 14:29
Bonjour,

Merci beaucoup pour cette analyse. En effet, c'est tout à fait possible.

J'avais lu cependant dans des mémoires consacrés au fonctionnement de l'assistance publique dans les années précédentes (entre 1880 et 1900), qu'il y avait un vif débat philosophie à l'époque à ce sujet. Avec d'un coté les défenseurs de ce que vous expliquez, et d'un autre coté, les défenseurs (plus nombreux je crois) de l'aide, voir l'encouragement à l'abandon.

Certains souhaitaient en effet que l'état encourage, facilite, l'abandon des enfants, notamment par les filles-mères de condition modeste, argumentant d'une part la mauvaise qualité de vie des enfants dans ces familles et leur incapacité à être de bons parents (misère = mauvaises moeurs). Et, d'autre part, le fait qu'une prise en charge totale par l'état (et non temporaire) était préférable, donnait de meilleurs résultats. Pour sortir les enfants de ces milieux, pour recommencer une éducation depuis le début, préférant donc une rupture totale avec ces familles vues comme "incurables" de bêtise et de misère... (les mots que j'ai pu lire étaient très violents sur ce sujet)
Je ne sais pas qui a "gagné" et quels étaient donc les directives de l'AP en 1906...
Et vous avez raison, dans le cas de mon AGM, je ne saurai probablement jamais.

Je suis preneuse pour autant de toutes les analyses ou exemples !
Merci
Cordialement,
Bonjour,

Un exemple de la misère et détresse des enfants abandonnés, aurait-il été plus heureux si sa mère l'avait récupéré, je ne sais pas

Selon le parcours de vie de cette maman que j'ai pu retrouver grâce à Geneanet, j'en doute. Mais cette maman lui a manqué. (selon les dires de ma mère (sa fille)

Pour mon arrière grand-mère, le Service Des ENFANTS ASSISTES du Département de La Seine a accepté de prendre en charge son fils. (Voir le document joint)

Le 10 août 1901, elle a écrit à l'ADMINISTRATION GENERALE DE L' ASSISTANCE PULIQUE A PARIS pour tenter de récupérer son fils, en vain, trop tard malgré une lettre touchante :où elle supplie '' Je viens à genoux et à deux mains solliciter de votre haute bienveillance la restitution de mon fils'' expliquant sa détresse, elle avait renoué avec le père de son enfant, ils avaient un salaire de 5 et 2 francs par jours, allaient se marier et il reconnaitrait son fils. Je ne suis pas sûre que les termes de cette lettre ont été rédigés par elle :?: Mon grand père a été admis le 10/06 et placé le 12/06/1901 ( pas de perte de temps !) dans diverses familles du Canton de Château Chinon jusqu'au 26 février 1922 jour de sa majorité.

Cordialement

Lidia
Bilagor
Renseignements Enfants Abandonnés.jpg

abartoux2
male
Inlägg: 10
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour,

Merci pour votre témoignage très touchant.

A l'époque, même à leur majorité, les enfants ne connaissaient pas les démarches à faire auprès de l'administration pour avoir des informations sur leur passé (c'est encore le cas aujourd'hui). Et les parents souvent non plus. Donc on construisait une autre famille en tirant un trait sur sa vie d'avant, on en parlait pas, on avait pas le temps. Contrairement à votre AGM.

Nous avons dans la famille des jumeaux (frère/soeur) placés séparément. Le frère, à l'occasion de son mariage, a écrit à l'administration pour demander les coordonnées de sa soeur et la retrouver. Tampon d'accord de l'administration, après une enquête de comportement du frère, mais nous n'avons pas le courrier de réponse. D'après la famille, ils ne se sont jamais revus.

Comme on peut le lire dans le document de l'assistance publique, on informait la mère qu'elle ne reverrait pas son enfant.
Par contre, en bas, il y a une mention concernant des "nouvelles tous les trois mois" sans mention en marge. Il n'y a pas de traces de ces échanges dans le dossier. Je me demande si c'était automatique, s'il fallait les solliciter ?

J'ai lu aussi que certains parents, qui espéraient pouvoir récupérer leur enfant, leur mettait un foulard ou signe distinctif, de peur de ne pas les reconnaître, ou qu'on échange les enfants...

Avez-vous fait des recherches pour savoir si votre GP avaient des demis-frères/soeurs à la suite du mariage de sa mère ?

Cordialement,
Bilagor
Capture d’écran 2021-06-14 à 07.09.41.png

zazoultf49
zazoultf49
Inlägg: 4710
Släktträd: Grafisk
Visa deras familjeträd.
On faisait tout pour que les enfants ne puissent retrouver leurs parents, en changeant soit le nom de l'enfant soit le nom des parents sur l'état civil

Le but était de leur donné une petite éducation, pour ensuite en famille d'accueil apprendre un métier, et ils travaillaient tous à l'âge de 7 ans dans ces familles, ensuite ils s'émancipaient soit par le service militaire pour les hommes soit par le mariage quand l'administration l'autorisait
"Un oiseau chante d'autant mieux s'il chante dans son arbre" - Jean Cocteau

abartoux2
male
Inlägg: 10
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour zazoultf49,

En effet, on considérait qu'il fallait "rayer" le passé de l'enfant pour son bien....

Ce qui m'étonne c'est que dans tous les dossiers de dépôt à l'assistance de ma famille, le nom de la mère n'était pas du tout caché aux enfants. L'ancêtre est citée dans tous les actes par la suite, indiquée comme disparue.

Et ce qui m'énerve profondément par contre c'est que l'Evêché de Paris refuse de me communiquer l'acte de baptême de mon AGM. Baptisée avant son dépôt à l'assistance par sa mère (qui l'a gardé 8 mois). C'est embêtant car parfois les mères disaient plus volontiers le nom du père au Seigneur qu'à l'administration publique...donc peut être que je pourrais retrouver qui était son père !
Etrangement je n'ai aucun pb avec les autres Evêchés. On m'a dit qu'ils ne donnaient plus copie intégrale des actes après quelques soucis notamment avec les noms de parrains/marraines. Mais, en général, ils fournissent une copie d'extrait. A Paris rien, porte fermée complètement... Ceci est une autre histoire.

Je cherche toujours où pourraient se trouver les informations sur ces "secours", ou plus largement la procédure de dépôt d'un enfant à l'assistance publique vers 1906, on ne sait jamais que d'autres éléments sur le passé de mon AAGM apparaissent...

Bien cordialement,

labelairascitha
labelairascitha
Inlägg: 166
Släktträd: Grafisk
Visa deras familjeträd.
abartoux2 skrev:
14 juni 2021, 07:27
Bonjour,

Merci pour votre témoignage très touchant.

A l'époque, même à leur majorité, les enfants ne connaissaient pas les démarches à faire auprès de l'administration pour avoir des informations sur leur passé (c'est encore le cas aujourd'hui). Et les parents souvent non plus. Donc on construisait une autre famille en tirant un trait sur sa vie d'avant, on en parlait pas, on avait pas le temps. Contrairement à votre AGM.

Nous avons dans la famille des jumeaux (frère/soeur) placés séparément. Le frère, à l'occasion de son mariage, a écrit à l'administration pour demander les coordonnées de sa soeur et la retrouver. Tampon d'accord de l'administration, après une enquête de comportement du frère, mais nous n'avons pas le courrier de réponse. D'après la famille, ils ne se sont jamais revus.

Comme on peut le lire dans le document de l'assistance publique, on informait la mère qu'elle ne reverrait pas son enfant.
Par contre, en bas, il y a une mention concernant des "nouvelles tous les trois mois" sans mention en marge. Il n'y a pas de traces de ces échanges dans le dossier. Je me demande si c'était automatique, s'il fallait les solliciter ?

J'ai lu aussi que certains parents, qui espéraient pouvoir récupérer leur enfant, leur mettait un foulard ou signe distinctif, de peur de ne pas les reconnaître, ou qu'on échange les enfants...

Avez-vous fait des recherches pour savoir si votre GP avaient des demis-frères/soeurs à la suite du mariage de sa mère ?

Cordialement,
Bonjour,

Ma réponse est un peu tardive mais je ne vous avez pas oublié.

Après recherches, mon GP avait 2 demi-soeurs nées hors mariage reconnues lors de ce premier mariage, père biologique ? DCD 2 ans après. Je les ai retrouvées mais pas leur descendance.
L'époux de ce premier mariage ne semble pas être le père de mon GP, il y a 7 ans de différence entre sa date de naissance et la date du mariage mais pourquoi pas. ?

2ème mariage 7 ans ans après : une demi-soeur et 2 demi-frères nés également hors mariage mais reconnus, père biologique ? le dernier est né l'année du mariage :?: .
J'ai retrouvé 2 descendants d' un demi frère que j'ai pu contacter (beaucoup de chance et des recherches faites il y a une vingtaine d'années dont j'avais gardé la trace)

Mon GP n'a jamais connu sa famille, il est DCD 3 ans avant sa mère

Pour résumer, mon ascendance est quelque peu incertaine, mais je pense que beaucoup d'entre nous se retrouvent dans cette situation.

Bonne journée
Cordialement
Lidia

zazoultf49
zazoultf49
Inlägg: 4710
Släktträd: Grafisk
Visa deras familjeträd.
abartoux2 skrev:
18 juni 2021, 10:07
Bonjour zazoultf49,

En effet, on considérait qu'il fallait "rayer" le passé de l'enfant pour son bien....

Ce qui m'étonne c'est que dans tous les dossiers de dépôt à l'assistance de ma famille, le nom de la mère n'était pas du tout caché aux enfants. L'ancêtre est citée dans tous les actes par la suite, indiquée comme disparue.

Et ce qui m'énerve profondément par contre c'est que l'Evêché de Paris refuse de me communiquer l'acte de baptême de mon AGM. Baptisée avant son dépôt à l'assistance par sa mère (qui l'a gardé 8 mois). C'est embêtant car parfois les mères disaient plus volontiers le nom du père au Seigneur qu'à l'administration publique...donc peut être que je pourrais retrouver qui était son père !
Etrangement je n'ai aucun pb avec les autres Evêchés. On m'a dit qu'ils ne donnaient plus copie intégrale des actes après quelques soucis notamment avec les noms de parrains/marraines. Mais, en général, ils fournissent une copie d'extrait. A Paris rien, porte fermée complètement... Ceci est une autre histoire.

Je cherche toujours où pourraient se trouver les informations sur ces "secours", ou plus largement la procédure de dépôt d'un enfant à l'assistance publique vers 1906, on ne sait jamais que d'autres éléments sur le passé de mon AAGM apparaissent...

Bien cordialement,
Mais les enfants n'avaient pas accès au dossier

Sur l'acte de naissance de l'enfant vous avez quoi exactement ?

En prime elle pouvait être fille mère, donc d'avoir l'acte de baptême ne vous apportera rien au niveau du père, c'est d'ailleurs peut être soit la mère, soit le grand-père maternel de l'enfant qui ont déclaré l'enfant

La procédure d'un dépôt d'un enfant n'a changé qu'en 1941 (naissance sous X Loi Pétain), avant c'était la même procédure

- Soit c'était un enfant trouvé
- Soit un enfant abandonné par un ou les deux parents
- soit un enfant assisté (qui risquait pour beaucoup de passer en abandonné parce que les parents ne joignaient pas les deux bouts)

On donnait un nom à l'enfant (le sien, ou modifié pour qu'il ne retrouve pas ses parents)
On donnait un n° de matricule et c'était par ce numéro qu'était appelé l'enfant

Ensuite on voyait si l'enfant était en bonne santé

- Si bébé il était envoyé en nourrice (en fonction Paris c'était surtout en Bourgogne)
- Si enfant on vérifiait sa santé et en fonction de l'âge moins de 7 ans c'était soit nourrice (- 7 ans), sinon c'était en famille d'accueil en vu d'apprendre un boulot (agriculture, domestique, des bas métiers en général)

Les nourrices et familles d'accueil recevaient un pécule, pour éduquer l'enfant

Soit l'enfant virait "correctement", donc il apprenait un boulot et pouvait même rester au service de la famille d'accueil, il travaillait à partir de 7 ans et son argent était divisé en deux (une partie pour l'assistance publique, une partie pour lui même restant dans un livret A jusqu'à sa majorité ou son émancipation) "Emancipation" : service militaire comme volontaire (avec autorisation de l'assistance publique) ou mariage (avec autorisation de l'assistance publique)
Soit l'enfant virait "mal" et là çà pouvait être le bagne des enfants


----

Normalement pour suivre l'historique d'un abandonné, trouvé ou assisté, en fonction les recensements permettent de faire un parcours, des nourrices, des familles d'accueil

Donc on fait un triangle, vu que vous avez le dossier vous avez peut être le lieu d'arrivée (en nourrice ou famille d'accueil)^

En fonction de la région d'arrivée il y avait plusieurs bureaux

Vous trouverez dans mon wiki les agences de placements :

https://creervotrearbredevie.miraheze.org/wiki/Enfant_des_Hospices_de_la_Seine

Donc on prend

- agence de placement (en fonction si vous avez le lieu de la nourrice ou famille d'accueil)
- Lieu de nourrice ou famille d'accueil
- Lieu ou il se marie (si fille), lieu de ses 20 ans (garçon, fiche de matricule)

çà fait un triangle et vous cherchez les recensements pour voir s'il a changé de famille d'accueil
"Un oiseau chante d'autant mieux s'il chante dans son arbre" - Jean Cocteau

abartoux2
male
Inlägg: 10
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour labelairascitha,

Oui, c'est vraiment triste de voir une mère qui essaye comme cela de récupérer son enfants sans y parvenir...

La procédure une fois lancée est vraiment très complexe à arrêter. On en revient à la question de la facilitation ou non par l'état des abandons. Le message suivant de zazoultf49 éclaire bien les différentes étapes ensuite. Plus facile de rentrer dans les services de l'administration que d'en sortir !

Nous avons eu de la chance car la mère de mon AGM, qui l'a abandonné à eu vie plutôt stable après. Mariage et 15 enfants avec son mari. Il était donc assez "simple" de prendre contact avec les descendants (nombreux eux aussi forcément !). Et hop, pour eux et pour nous, une nouvelle famille découverte !
Je vais répondre à zazoultf49 pour la suite car cela va aussi dans le sens de son propos.

Merci encore pour votre réponse,
Cordialement,

abartoux2
male
Inlägg: 10
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour zazoultf49,

En effet les enfants n'avaient pas accès à leur dossier. Sur l'acte de naissance, ce sont les employés de l'hôpital qui ont déclarés la naissance de mon AGM. Le nom de la mère est indiqué, de père non dénommé. Sa mère l'a reconnu en mairie quelques jours après la naissance, et l'a faite baptisée à Saint-Denis. Je me disais donc que, peut être, qu'elle aurait pu donner à l'Eglise le nom du père pour l'acte de baptême...

La mère a gardé sa fille pendant 8 mois (chez des amis). Je pense qu'elle aurait voulu la garder ensuite mais comme le dit le dossier d'abandon, la petite était malade et la mère ne pouvait l'aider, car sans ressources... (voir PJ).
Dans le recensement de 1911, on retrouve la mère avec un deuxième enfant qu'elle a eu entre temps. Elle vit avec un balayeur de 60 ans. L'année suivante elle aura une autre fille. Les deux enfants sont aussi de père inconnu mais elle les gardera tous les deux.

J'ai découvert les étapes que vous décrivez à travers le dossier que nous avons récupéré aux Archives.
Le dossier d'abandon et celui de placement sont réunis, ce qui est très souvent le cas.

Nous retrouvons le formulaire de déclaration d'abandon dedans, mais également les infos sur le placement en tant que domestique de mon AGM à partir de ses 13 ans (avec les comptes rendus de compte en effet, et d'accident du travail, elle s'est cassé le pouce chez ses employeur à 17 ans). Il n'y avait rien sur son placement en nourrice bébé. Grâce aux témoignages des uns et des autres, nous avons pu retrouver la famille qui l'a gardé bébé jusqu'à 13 ans. Elle se rapprochera d'ailleurs ensuite du fils de cette famille à sa majorité au moment de son mariage, comme quoi :-) !

Dans l'autre cas que nous avons dans la famille, celui des jumeaux placés séparément, de la même manière les dossiers d'abandon et et de placement sont réunis (c'est plus ancien, vers 1890), en particulier pour mon AAGP. Il a été placé bébé puis comme domestique, pas de souci. On retrouve aussi les lettres qu'il échange avec l'administration à sa majorité pour obtenir les coordonnées de sa soeurs et la revoir lors de son mariage. (elle se mariera d'ailleurs la même année, mais ils ne se sont jamais revus à priori). Concernant les placements de sa jumelle c'est plus complexe. Lors de son placement comme domestique elle a fait des siennes apparemment juste avant sa majorité, caractère difficile, l'administration l'a envoyé en "internement" au service de la Sapétrière, elle a du participer au fameux "Bal des Folles"... A 18 ans terminé, l'administration la laisse enfin tranquille. Pour elle, il existe un autre dossier plus complet de placement que nous devons encore récupérer. J'ai trouvé des descendants à elle sur Généanet, mais ils n'ont pas répondu à mes sollicitations. Dommage, ça semblait important pour mon AAGP de renouer avec sa jumelle à l'époque, j'aurai bien fait ça pour lui maintenant :)

Merci encore pour vos histoires et vos informations précieuses.
Les histoires d'abandon sont parfois très douloureuses, mais aussi intéressantes et surprenantes.
Au plaisir d'échanger d'autres bribes d'histoires,
Cordialement,
Bilagor
Dossier dépot - page 1.jpg

labelairascitha
labelairascitha
Inlägg: 166
Släktträd: Grafisk
Visa deras familjeträd.
abartoux2 skrev:
19 juni 2021, 09:33
Bonjour zazoultf49,

En effet les enfants n'avaient pas accès à leur dossier. Sur l'acte de naissance, ce sont les employés de l'hôpital qui ont déclarés la naissance de mon AGM. Le nom de la mère est indiqué, de père non dénommé. Sa mère l'a reconnu en mairie quelques jours après la naissance, et l'a faite baptisée à Saint-Denis. Je me disais donc que, peut être, qu'elle aurait pu donner à l'Eglise le nom du père pour l'acte de baptême...

La mère a gardé sa fille pendant 8 mois (chez des amis). Je pense qu'elle aurait voulu la garder ensuite mais comme le dit le dossier d'abandon, la petite était malade et la mère ne pouvait l'aider, car sans ressources... (voir PJ).
Dans le recensement de 1911, on retrouve la mère avec un deuxième enfant qu'elle a eu entre temps. Elle vit avec un balayeur de 60 ans. L'année suivante elle aura une autre fille. Les deux enfants sont aussi de père inconnu mais elle les gardera tous les deux.

J'ai découvert les étapes que vous décrivez à travers le dossier que nous avons récupéré aux Archives.
Le dossier d'abandon et celui de placement sont réunis, ce qui est très souvent le cas.

Nous retrouvons le formulaire de déclaration d'abandon dedans, mais également les infos sur le placement en tant que domestique de mon AGM à partir de ses 13 ans (avec les comptes rendus de compte en effet, et d'accident du travail, elle s'est cassé le pouce chez ses employeur à 17 ans). Il n'y avait rien sur son placement en nourrice bébé. Grâce aux témoignages des uns et des autres, nous avons pu retrouver la famille qui l'a gardé bébé jusqu'à 13 ans. Elle se rapprochera d'ailleurs ensuite du fils de cette famille à sa majorité au moment de son mariage, comme quoi :-) !

Dans l'autre cas que nous avons dans la famille, celui des jumeaux placés séparément, de la même manière les dossiers d'abandon et et de placement sont réunis (c'est plus ancien, vers 1890), en particulier pour mon AAGP. Il a été placé bébé puis comme domestique, pas de souci. On retrouve aussi les lettres qu'il échange avec l'administration à sa majorité pour obtenir les coordonnées de sa soeurs et la revoir lors de son mariage. (elle se mariera d'ailleurs la même année, mais ils ne se sont jamais revus à priori). Concernant les placements de sa jumelle c'est plus complexe. Lors de son placement comme domestique elle a fait des siennes apparemment juste avant sa majorité, caractère difficile, l'administration l'a envoyé en "internement" au service de la Sapétrière, elle a du participer au fameux "Bal des Folles"... A 18 ans terminé, l'administration la laisse enfin tranquille. Pour elle, il existe un autre dossier plus complet de placement que nous devons encore récupérer. J'ai trouvé des descendants à elle sur Généanet, mais ils n'ont pas répondu à mes sollicitations. Dommage, ça semblait important pour mon AAGP de renouer avec sa jumelle à l'époque, j'aurai bien fait ça pour lui maintenant :)

Merci encore pour vos histoires et vos informations précieuses.
Les histoires d'abandon sont parfois très douloureuses, mais aussi intéressantes et surprenantes.
Au plaisir d'échanger d'autres bribes d'histoires,
Cordialement,
Bonjour,
De bons résultats, je suis contente pour vous :)

Me concernant, pour les descendants, je me suis permise de les contacter par courrier après recherches sur Internet (en essayant de ne pas m'immiscer dans leur vie privée et leur laisser le choix de me répondre ou pas) Comme je vous le disais, précédemment, j'ai eu beaucoup de chance)

Si vous le pouvez, essayez, peut-être, une personne sympathique, il en existe, vous répondra.

Cordialement

Lidia

Skriv svar

Återgå till "Abandon et adoption"