Skriv svar

POILU, Mort pour la France en 1914 ....! inscrit sur monument aux Morts ...en mai 2020 - RÉSOLU -

jcgobourg2vlq
jcgobourg2vlq
Inlägg: 89
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour,
Petit récapitulatif pouvant intéresser.
Espérant que cela sera utile à d'autres
Merci. à GENEANET
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mort pour la France et pourtant oublié .. !

Grâce à la généalogie, « POILU » Mort pour la France en 1914, je vous remercie…. !

Et pour ne pas être totalement oublié….., je vous résume ma courte vie :

Après avoir été trouvé en état d'abandon..., au mois d'août 1896, dans une grande agglomération, à seulement l'âge de 4 ans, en compagnie de mon grand frère, âgé de 7 ans, moi, jeune Picard, je suis rapidement placé par l'Hospice d'Amiens, dans au moins deux familles d'accueil à ALLERY (80). J' ignore toutefois jusqu'à quelle date je suis resté dans la même commune que mon frère, en ma qualité de pupille de l'assistance publique.

En 1913, année au cours de laquelle je viens de percevoir mon pécule de pupille par la Trésorerie de la Somme, j'exerce alors la profession d'employé agricole, à VILLERS BOCAGE. Mais, actuellement, je ne suis pas en mesure de vous dire dans quelle ferme j'étais employé. Peut-être le savez-vous... ? Peut-être y ai-je laissé une petite amie, qui sait…? Ce qui est certain, c'est que je n'ai pas encore fondé de famille, mais je suis bien inscrit sur la liste électorale de la dite commune .

Au mois d'octobre de cette même année 1913, je suis appelé à quitter ce petit village picard, pour effectuer mon service militaire, et être affecté au 151° Régiment d'Infanterie à AMIENS, à compter du 8 octobre. Je ne savais pas encore que je quittais ce clocher pour toujours. Car, pour moi, comme tous nos concitoyens, la vie change brutalement, vu que le 3 août 1914, l'Empire Allemand déclare la guerre à la France et je suis donc dirigé vers la zone du combat avec mes camarades, pour y défendre la Patrie.
C'est alors loin de mon village, me trouvant en Meurthe et Moselle , que je pense une dernière fois à Lucien, mon Cher grand frère, que je sais inquiet pour moi, route du Havre à ABBEVILLE où il demeure. A cette période, il ne sait pas encore ce que je viens juste d'apprendre, en ce début 2020 …. c'est que nous avions également une sœur, Angèle …. mais aussi, un demi frère  prénommé Henri…. !  

En ce 22 août 1914, en effet, c'est à PIERREPONT (54), paraît-il, comme bon nombre de mes camarades , que je suis porté disparu , tué à l'ennemi.

-= -=-=-

Par curiosité , en février 2020, c'est en prenant connaissance de certains documents, que je constate que je suis une nouvelle fois abandonné... oublié..., car ce n'est que le 7 mars 1918, que l'Autorité Militaire du 151° Régiment d'Infanterie, à AMIENS, signe un acte de disparition me concernant sur lequel aucune précision ne peut être donnée quant aux circonstances , sauf qu'il s'agit bien d'une disparition…. en date du 22 août 1914 ….. à PIERREPONT (Meurthe et Moselle).
Après une nouvelle période d'enquête des Autorités, et par jugement rendu le 18 mai 1920 par le Tribunal d’Amiens, j'ai enfin confirmation que je suis bien déclaré Mort pour la France, le 22 août 1914 à PIERREPONT . Il est alors dit, que le jugement tiendra lieu d'acte de décès, et ordonne qu'il sera transcrit en entier sur les registres de décès de l'année courante de la commune de VILLERS BOCAGE et que mention en sera faite à la date du décès sur les registres de la dite commune.
L'inscription est effectivement réalisée sur le registre de VILLERS BOCAGE, le 01 juillet 1920. Date à laquelle, il faut préciser, pour la suite des événements, qu'un autre jugement du Tribunal d'Amiens du 4 juin 1920, concernant un autre soldat Mort pour la France, a également été transcrit ce même 01 juillet sur le même registre de la commune, à la suite du même feuillet.
Par contre, le jugement qui «...  tiendra lieu de l'acte de l'état civil qui n'a pu être dressé...» , ne mentionne aucunement le registre de la mairie du lieu de naissance, à savoir AMIENS, ni même celui de la mairie du lieu de ma disparition, à savoir PIERREPONT, … ! C'était peut-être seulement de cette manière que devait être faite la déclaration de décès d'un militaire, à l'époque ?

De ce fait, bien que déclaré, Mort pour la France, je suis une nouvelle fois abandonné…. je retombe dans l' oubli….pendant plusieurs années ! Car, depuis cette triste période de guerre et de reconstruction, et suite à ce que j'estime être une erreur de l'Administration , le sacrifice ultime n'a pu être porté à la connaissance de la mairie d'Amiens, et donc, les renseignements sur mon décès n'ont jamais été apposés en marge de mon acte de naissance. Oublié aussi de PIERREPONT commune où je suis tombé au champ d'honneur…. Comment cela est-il possible ?

C'est ainsi que de 1914, à mai 2020…..en feuilletant le registre de l'état civil d'Amiens, ou même, ensuite, le second exemplaire détenu par le service des Archives Départementales de la Somme, consultable en ligne ou sur place, personne ne pouvait avoir connaissance de ce destin, stoppé en août 1914. Personne ne pouvait également trouver trace de mon état civil à PIERREPONT… ?
A la suite de cet oubli, ou plus exactement de ces regrettables omissions, je suis réellement peiné de prendre connaissance, que jusqu'alors, aucune inscription n'a également été portée sur l'un des monuments aux morts des communes d' AMIENS ou de VILLERS BOCAGE. Et pourtant, le militaire inscrit le même jour que moi sur le registre, comme indiqué ci-dessus, a logiquement son nom sur la place du village, comme d'autres. Encore un oubli de cette époque ?

-=-=-=-

C'est pour cela, qu’après 106 ans ….d'oubli,…. il est agréable de faire savoir que l'erreur est enfin réparée, et qu'en ma mémoire, le nécessaire a été fait afin que je sorte de l'ombre, et bien entendu, je suis conscient de cet hommage rendu .

Oui, suite aux démarches entreprises, et grâce à la généalogie, je viens d'apprendre, que ce 28 mai 2020 , enfin….., après 100 ans et 18 jours.. conformément à la Loi n° 2012-273 du 28 février 2012, mon nom a été apposé sur un monument aux morts, à savoir celui choisi de VILLERS BOCAGE. De même, je sais maintenant que la demande de rectification de mon acte d'état civil a été accueillie positivement par la Mairie d' AMIENS. Il faut maintenant attendre la réalisation effective ! Concernant le lieu ou ma vie a été fauchée pendant la première guerre mondiale, à savoir la commune de PIERREPONT,,,, j'ai également fait une démarche, sans toutefois recevoir de réponse. Mon décès n'a donc jamais du être enregistré dans cette commune. Sauf erreur de ma part.. ! Je sais que la Mairie d' AMIENS a pris attache avec celle de PIERREPONT .
-=-=-=-
Les recherches entreprises vont en outre permettre de rectifier mon régiment d'appartenance, sur la croix, au cimetière, car il était inscrit « 312° R.I » alors que j'étais affecté au 151° R.I.

Une nouvelle en apportant parfois une autre, en cette année 2020, j'ai pris connaissance du décès de mon père en 1912, et la, je viens juste d'apprendre, en ce 18 juin 2020 , que les investigations pour retrouver traces de ma mère ont abouti. Elle est décédée en 1919. Dommage.
Je vais pouvoir refermer le livre de la courte vie.
-=-=-=-

Vu ce que je viens de me remémorer avec ces manquements administratifs et judiciaires , je ne peux que vous conseiller de vérifier, vous aussi, si votre ancêtre n'est pas un oublié, comme moi, surtout si à l'époque de la guerre, il ne demeurait pas dans sa commune du lieu de naissance, et si sa déclaration de « Mort pour la France » a fait l'objet d'un jugement, tel que le mien, par le tribunal de AMIENS, dans la Somme.. En effet, le libellé a bien confirmé ma disparition..et donc mon décès, mais n'a pas ordonné la transcription du dit jugement sur les registres de l’État civil des communes de AMIENS et PIERREPONT. ( respectivement lieux de naissance et de décès..! ). Ce qui peut donc également être dommageable dans bien d'autres disparitions de soldats Morts pour la France.  D'ailleurs, sur l'imprimé de « REQUÊTE » signé le 12 novembre 1919 par Monsieur le Procureur de la République, seule la Mairie de Villers-Bocage est inscrite , et il n'y a aucune ligne destinée à la mention d'une ou de plusieurs autres localités….. Cela ne devait pas encore être obligatoire à cette période. Combien de pauvres « Poilus » sont donc susceptibles d'être concernés...comme moi ? Et dont le décès ne sera jamais inscrit en marge de leur acte de naissance, ni même, peut-être, jamais porté sur le registre de la commune ou le décès a été constaté par l'Autorité militaire ? Incroyable ! Pauvres poilus , Morts pour la France  !

Une rapide vérification des jugements de l'époque, du Tribunal d’Amiens , permet de confirmer mes craintes. Beaucoup de mes camarades doivent être dans le même cas que moi. Oubliés des registres, et éventuellement également des monuments de leurs communes. C'est bien triste ! Mais peut-être que les Autorités compétentes ont-elles déjà été alertées de ce problème ?l

Cela peut également intéresser des généalogistes Picards, ayant perdu la trace d'un « Poilu » sur les registres consultés. !
-=-=-=-

Alors , c'est avec une réelle émotion , qu'en ce jour, moi, militaire au 151° R.I. , Mort pour la France le 22 août 1914, j'adresse mes vifs et sincères remerciements :
- à Madame la Directrice des Archives Départementales de la Somme, à AMIENS, pour les recherches effectuées par son service, et la transmission des documents déterminants,
-à Monsieur le Directeur de l'Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, à AMIENS, pour ses vérifications, et ses conseils,
-à Monsieur le Maire de VILLERS BOCAGE, et la commune, pour cette rapide réalisation de l'inscription sur le monument aux Morts ,
-à Madame la Maire d' AMIENS, pour avoir accepté d'effectuer les démarches utiles, afin que les mentions obligatoires, soient….bientôt j'espère…. portées en marge de mon état civil,
-à Monsieur le Maire de PIERREPONT, si il a la possibilité de me confirmer ma présence sur le registre des décès de l'année 1914 (ou sur celui de 1920, date du jugement)
-à l' ONACVG - Secteur de l'entretien et de la rénovation des sépultures de Guerre du Secteur de VERDUN, pour l'information du changement de la plaque du régiment, dés que la commande sera effectuée.
- au site « Mémoire des Hommes », sans la consultation duquel, les modifications me concernant n' auraient pas été possibles dans les trois communes précitées.
-et enfin, aux généalogistes de GENEANET, qui ont eu à participer à ces diverses recherches.


Après 106 années…. Merci à vous, je repose maintenant en paix, auprès de mes camarades, dans le cimetière militaire de REMBERCOURT-SOMMAISNE (Meuse)

Le 30 juin 2020

Soldat de 2° classe, Émilien, Adrien, Charles, BAERT
Senast redigerad av 1 jcgobourg2vlq, redigerad totalt 6 gånger.

ad6293
female
Inlägg: 828
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Pourquoi écrire "je", "moi"?
Les soldats morts à la guerre ne sont pas inscrits sur les registres de la commune sur le territoire de laquelle ils sont morts...mais au dernier domicile connu.
Cela dit beau travail, pour un hommage :)
Cordialement
Senast redigerad av 1 ad6293, redigerad totalt 30 gånger.

mbicaismuller
mbicaismuller
Inlägg: 13150
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
ad6293 skrev:
30 juni 2020, 18:27
Pourquoi écrire "je", "moi"?
Bonsoir

et pourquoi pas ?

Le récit à la première personne est une technique littéraire.

Cordialement
Marie Louise
Mon blog : Mes petites histoires de Marseille et de Provence
http://provenceetmoi.canalblog.com/

jcgobourg2vlq
jcgobourg2vlq
Inlägg: 89
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour
cette forme a été choisie, peut-être maladroitement, je ne sais pas;

C'est le Poilu qui parle et qui raconte sa propre histoire son histoire;
---------------------------------------------------------------------------------------

MOI.... je ne peux pas parler à sa place, de sa vie, de sa guerre, de son monument aux morts, etc...
Cordialement

ad6293
female
Inlägg: 828
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
jcgobourg2vlq skrev:
30 juni 2020, 18:35
Bonjour
cette forme a été choisie, peut-être maladroitement, je ne sais pas;

C'est le Poilu qui parle et qui raconte sa propre histoire son histoire;
---------------------------------------------------------------------------------------

MOI.... je ne peux pas parler à sa place, de sa vie, de sa guerre, de son monument aux morts, etc...
Cordialement
C'est vous qui écrivez , ce n'est pas lui, c'est vous qui parlez à sa place. Mais c'est votre travail votre recherche, votre choix d'écrire comme ça, donc je n'aurai pas dû parler de votre style, mais juste dire félicitations pour le travail de mémoire. ;)

echizelle
echizelle
Inlägg: 14777
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonsoir,

Un bel hommage que vous rendez à ce poilu .

J'ai apprécié la forme choisie, par laquelle vous faites s'exprimer ce poilu .

Cordialement
Edith

jcgobourg2vlq
jcgobourg2vlq
Inlägg: 89
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
MERCI
Après cet hommage à ce grand oncle que je n'ai pu connaître, je suis content, moi aussi, de lire son courrier. Et de prendre connaissance de vos appréciations favorables.
Emilien BAERT serait probablement heureux, lui aussi....!
J'espère que cette info sera utile pour ceux qui travaillent sur des "disparus" de cette période.
Alors, encore une fois MERCI
JC

lepicard2
lepicard2
Inlägg: 22
Släktträd: Grafisk
Visa deras familjeträd.
Bravo pour ce texte aussi beau qu'émouvant...!! ;)
Thibaut, ;)

jcgobourg2vlq
jcgobourg2vlq
Inlägg: 89
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour
MERCI surtout à vous, ainsi qu'à ceux qui m'ont aidé.
"Affaire résolu...!"
Bien cordialement
J.C.

Skriv svar

Återgå till "Somme (80)"