Skriv svar

Aide à l'indexation des inventaires de Me Nicolas I Le Boucher (1638-1647)

dumultien
dumultien
Inlägg: 14294
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
https://www.geneanet.org/archives/registres/view/?idcollection=43464
Inventaires de Nicolas I Le Boucher - AN ET-LXXVIII-277 (1638-1641)

[...]
268 P
280 P
301 JD
310 JD

338 Ch
341 Ch
362 Ch



https://www.geneanet.org/archives/registres/view/?idcollection=43465
Inventaires de Nicolas I Le Boucher - AN ET-LXXVIII-278 (1642-1647)

1 JD
7 JD

12 Ch
90 Ch

99 JD vu l'écriture et la numérisation, je me désiste de cette analyse ; une nouvelle image serait bienvenue (99), avec peut-être une résolution supérieure
164 JD
169 JD

186 Ch
209 Ch
215 JD vue 217 à refaire SVP
233 JD vue 237 à refaire pour compléter l'analyse SVP
243 JD
257 JD
285
299
304
313
346
350
375
385
425
433
441
455
462
470
477
481
489
511
516
523

---------------

Bonjour à tous,

Il vaut mieux être acharné que décharné...

[277-222] Noble homme Simon CHAPPELLIER, sieur d’Aurbandas (d’Orbandas ?).

[277-246] Héritière mobilière. – Y demeurant rue des Canettes en ladite paroisse de la Madeleine. – Pierre de JAMÉ (qui signe de JAMEZ) : oui.

Bonne journée. ;)
Senast redigerad av 2 dumultien, redigerad totalt 21 gång.
Bien cordialement,

JF

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Inlägg: 6752
Bonjour à tous,

Ma contribution :

[277 – 301] 8 juin 1638 – Inventaire dressé après le décès, advenu le 23 mai 1638, de dame Madeleine LE PORC DE LA PORTE, à la requête de Me Mathurin ROGUES, procureur au siège présidial de Poitiers et y demeurant, étant de présent en cette ville de Paris, logé en la maison où loge le messager de Poitiers, où est pour enseigne le Lion-Ferré, rue de la Harpe, au nom et comme tuteur des enfants mineurs de défunt Me Jean PIDOUX, chevalier sieur de la Roche-Faton (79390 Lhoumois) et autres lieux, et de la défunte sa femme, lesdits enfants habiles à se dire et porter héritiers de ladite défunte leur mère, et en la présence de Me Dreux DELANDELLE, procureur au Châtelet de Paris, au nom et comme procureur de Me Jean BUDÉ, gentilhomme ordinaire de Monsieur frère unique du Roi, légataire des meubles, acquêts et conquêts immeubles et de la tierce partie des propres de la défunte dame de la Roche-Faton. Nombreux créanciers.
Les biens étant en une maison sise rue Cloche-Perce, paroisse Saint-Gervais.

[277 – 310] 5 mars 1638 – Inventaire dressé après le décès de défunt Jean LE PREVOST, écuyer et seigneur de Saint-Germain-Laxis (77950) et de Vanves en partie, conseiller et secrétaire du Roi, maison et couronne de France et de ses finances, à la requête de Me Jean de Courcelles, procureur en la cour de parlement, au nom et comme procureur de Monsieur Me Charles LE PREVOST, abbé de Samer (62830), conseiller du Roi en la cour de de parlement ; à la requête aussi d’Édouard LE PREVOST, seigneur de Saint-Germain et de Vanves en partie, ci-devant conseiller et secrétaire du Roi, au nom et comme exécuteurs du testament et ordonnance de dernière volonté du défunt leur père, ledit Charles habile à se dire et porter héritier en partie, et ledit Édouard héritier par bénéfice d’inventaire du défunt leur père, et en la présence de Me Jean LE PREVOST, seigneur de Saint-Germain et de Vanves en partie, conseiller du Roi en ses conseils d’état et privé, fils aîné du défunt, et aussi en la présence de Me Henry Taconnet, procureur en ladite cour, au nom et comme procureur de dame Marie LE PREVOST, veuve de feu Me Nicolas LE CAMUS, sieur de Pontcarré (‎77135), conseiller du Roi en ses-dits conseils d’état et privé, lesdits Jean et Marie LE PREVOST habiles à se porter héritiers dudit défunt leur père, et en la présence de Me Jean Beschefer, pour l’absence de Messire Hugues DE PICARDET, conseiller du Roi en ses conseils et son procureur général en sa cour de parlement de Dijon et dame Antoinette LE PREVOST son épouse, fille dudit défunt, et de tous autres qui peuvent avoir intérêt. Pose de scellés.
Les biens étant en une maison sise rue Percée.

À bientôt
JD

cdemaz
cdemaz
Inlägg: 3186
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Re-Bonjour à tous, :)

aujourd'hui j'ajoute 3 actes pour le prix de deux :

[277–338] Le 18 janvier 1638 – Inventaire après le décès de maître Antoine FORMANTIN, prêtre et premier chapier de l’église Sainte-Marie-Madeleine en la Cité. A la requête de Pierre FROMENTIN (FROMANTIN, FORMANTIN), tisserand de toiles demeurant au bourg de Liomer (80430), comté et sénéchaussée de Ponthieu en Picardie, étant de présent en cette ville de Paris, frère unique et seul héritier du défunt. Les biens étant en la chambre qu’il tenait et occupait au jour de son décès sur les voûtes de ladite église de la Madeleine.

[277–341] Le 4 mars 1638 – Inventaire après le décès de maître Jérôme DUPIN, commis au greffe de la cour des aides à Paris. A la requête de dame Marie MALLET, sa veuve demeurant rue des Marmousets, paroisse de la Madeleine-en-la-Cité, tant en son nom que comme procuratrice de vénérable maître Jérôme DUPIN, prêtre prieur curé de l’église de Saint-Hilaire de Tours. Et en la présence de maître Jean DUPIN, avocat en parlement et au conseil privé du Roi, commis au greffe de ladite cour des aides, de maître Nicolas DUPIN, émancipé sous l’autorité de ladite dame MALLET sa mère ; de noble homme maître Noel MICHAU, conseiller du Roi, président au grenier à sel de Châteaudun, et damoiselle Madeleine DUPIN sa femme. Lesdits Jérôme, Jean, Nicolas et Madeleine DUPIN, frères et sœur, enfants dudit défunt et de ladite MALLET, et héritiers chacun pour un quart du défunt leur père. Les biens étant en la maison où le défunt serait décédé et où demeure ladite dame sa veuve.
Vue 341 : Le 21 février 1638 - Procuration à Tours de vénérable maître Jérôme DUPIN, prêtre prieur curé de l’église de Saint-Hilaire de Tours, à dame Marie MALLET sa mère, pour assister à l’inventaire.
Vue 348, cote 1 : 1593 – Contrat de mariage DUPIN x MALLET. René MALLET, marchand et bourgeois de Paris et Agnès COFFRY sa femme, père et mère de la future.
Vue 350, cote 3 : 1618 – Partage entre Agnès COFFRY, veuve de René MALLET et Marie MALLET, fille et seule héritière dudit MALLET son père.
Vue 352, cote 7 : 1636 – Florent DUPIN, bourgeois de Nogent au Perche cède audit Jérôme DUPIN tous les droits de contrat d’acquêt fait de Marie DUPIN, veuve de Pierre REBOURS, sieur de la Villardière, Jean et Mathurin les REBOURS ses enfants.
Vue 353 : 1581 – Extrait baptistaire de ladite Marie DUPIN (sombre période !).

[277–362] Le mardi 4 mai 1638 – Inventaire après le décès de Valérienne CARRÉ. A la requête de honorable homme Melchisédech LARMONIER, sergent à verge au Châtelet de Paris, demeurant au port et paroisse Saint-Landry, tant en son nom que comme exécuteur du testament de la défunte jadis sa femme. Comme aussi à la requête de maître Nicolas PREVOST, procureur en parlement, demeurant rue Pierre Sarrazin, paroisse Saint-Benoît, à cause de Françoise LARMONIER sa femme, héritière seule et pour le tout de la défunte sa mère. Les biens étant en la maison où elle serait décédée et en laquelle ledit LARMONIER est demeurant.
Vue 374, cote 1 : 1594 – Contrat de mariage LARMONIER x CARRÉ.
Vue 375, cote 3 : 1625 – Contrat de mariage Pierre VERNET, marchand demeurant à Paris et Anne MONNEAUX, usant et jouissant de ses droits. Ledit LARMONIER donne 900 livres à la future en faveur de mariage.

Deux prénoms peu communs, j’en profite pour saluer tous les Melchisédech que je connais. (La liste est assez facile à faire). :lol:

Quelques nouvelles de mes travaux annexes : j'ai dépassé la moitié de mon engagement. :roll:
Je m'occupe des 12 et 90.

A bientôt
Christophe.
Senast redigerad av 1 cdemaz, redigerad totalt 20 gånger.

dumultien
dumultien
Inlägg: 14294
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonsoir à tous,

[277-301] Me Mathurin ROGUES. – La tierce partie des propres de la défunte dame.

[277-310] Ecuyer et seigneur de Saint-Germain-Laxis (77950) et de Vannes en partie (trois occurrences).

[277-338] Janvier : oui. – Me Antoine FORMANTIN, prêtre et premier chapier de l’église. – Demeurant au bourg de Liomer (80430), comté et sénéchaussée de Ponthieu. – Sur les voûtes de ladite église de la Madeleine.

[277-341] Noël MICHAU. – (vue 353) Extrait baptistaire.

[277-362] (vue 375, cote 3) Anne MONNEAUX.

Bonne fin de soirée. ;)
Bien cordialement,

JF

cdemaz
cdemaz
Inlägg: 3186
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour à tous, :)

Une contribution dominicale, avec un vague inconnu :

[278–12] Le 17 février 1642 – Inventaire après le décès de très haut et puissant seigneur maître Maximilien de BÉTHUNE, duc de Sully, pair et maréchal de France, décédé en son château de Villebon, sa demeure ordinaire. A la requête de Claude Valentin, écuyer, sieur de la Roche Valentin, intendant et au nom et comme procureur de très haute et puissante dame Rachel de COCHEFILLET, duchesse de Sully, veuve du défunt. Et en la présence de haut et puissant maître Maximilien François de BÉTHUNE, duc de Sully, pair de France, prince souverain de Henrichemont et Boisbelle, marquis de Rosny, et encore en la présence de haut et puissant seigneur maître François de BÉTHUNE, chevalier des ordres du Roi, comte d’Orval, et de maître Jean PEAN, procureur au Châtelet de Paris, au nom et comme tuteur et curateur de damoiselle Louise de BÉTHUNE, fille de défunt haut et puissant seigneur maître Maximilien de BÉTHUNE, chevalier, marquis de Rosny, grand maître de l’artillerie de France. Lesdits seigneur duc de Sully, seigneur et comte d’Orval et damoiselle Louise de BÉTHUNE, habiles à succéder au défunt seigneur duc de Sully, et encore en la présence de maître Germain Soufflot, conseiller du Roi et substitut du procureur du Roi, pour l’absence de haute et puissante dame Françoise de CRÉQUY, veuve dudit défunt seigneur marquis de Rosny, mère et tutrice honoraire de ladite damoiselle Louise de BÉTHUNE et de maître [blanc] REGNARD, agent des affaires de ladite dame. Inventaire fait en continuant l’inventaire fait à la requête de ladite dame au château de Villebon. Les biens étant en l’hôtel de Sully de cette ville de Paris, rue Saint-Antoine, et plusieurs lieux.
Vue 27 : parmi les tableaux on trouve une Joconde (La Joconde ?), et un portrait de Henry IV.
Je me dispense des titres.

[278–90] Le vendredi 7 mars 1642 – Inventaire après le décès de Marie BOUQUILLON, survenu le 20 février 1642. A la requête de son mari, Guillaume BOURET, voiturier par terre et entrepreneur du nettoiement du quartier de la Cité et rue de la Mortellerie, demeurant en l’île Notre-Dame, paroisse Saint-Louis, tant en son nom que comme tuteur de Jeanne, âgée de 14 ans ou environ, Jean, âgé de 11 ans ou environ, Henri, âgé de 8 ans, Denis, 3 ans, Michel, 16 mois ou environ, et Guillaume BOURET, âgé de 2 mois ou environ, leurs enfants mineurs. Et en la présence de Denis BOUQUILLON (signe BOUQUILLION), maître pâtissier oublier à Paris, y demeurant place de Grève, au nom et comme subrogé tuteur desdits mineurs par tuition du dernier février 1642. Les biens étant en la maison où ledit BOURET est demeurant en l’île Notre-Dame, et en laquelle la défunte serait décédée.
Vue 96, cote 2 : 1629 – Vente par Jérôme BOURET, laboureur demeurant ès faubourgs Saint-Martin et Louise PIGALLE sa femme, audit Guillaume BOURET, des part et portion qui lui appartenaient comme héritier de défunt Guillaume BOURET son frère ( ?), d’une maison sise faubourg Saint-Denis, indivise. (1637 : Louise PIGALLE est veuve de Jérôme BOURET).
Vue 97, cotes 5 et 6 : 1639 – Thomas BOURET, compagnon charron, frère dudit Guillaume BOURET.

Bon dimanche à chacun. :)
Christophe.

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Inlägg: 6752
cdemaz skrev:
20 oktober 2019, 09:28
Bon dimanche à chacun. :)
Christophe.
Christophe, pourras-tu te charger des nouvelles images des séries Lybault ? :
https://www.geneanet.org/forum/viewtopic.php?f=63&t=602419&start=105#p1593992

Sinon, je m'en occuperai.

Bon dimanche.
JD

cdemaz
cdemaz
Inlägg: 3186
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Re,

ok je m'en chargerai.
Christophe.

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Inlägg: 6752
Écriture qui doit plaire à Me JF...

Quelques blocages pour ma part :

[278 – 1] 4 février 1642 – Inventaire dressé après le décès de défunt honorable homme Sébastien PAYEN, marchand bourgeois de Paris, à la requête et présence d’honorable homme Noël PAYEN, marchand bourgeois de Paris, y demeurant rue l’Hôtel-des-Ursins (rue des Ursins), paroisse Saint-Landry en la Cité, honorable homme Me Michel PAYEN, bourgeois de Paris, y demeurant rue de la Lanterne, paroisse Saint-Symphorien, lesdits PAYEN frères et héritiers chacun pour un tiers du défunt leur père, et en la présence d’honorable homme Pierre FERET, contrôleur de toiles bourgeois de Paris, demeurant rue des Marmousets, paroisse Saint-Pierre-aux-Bœufs, au nom et comme tuteur de Sébastien FERRET fils mineur de lui et de feue Marie PAYEN sa femme, ledit mineur habile à se dire et porter héritier pour l’autre tiers tiers dudit défunt son aïeul, et sans, par lesdits PAYEN frères approuver ladite qualité de tuteur dudit FERRET ni préjudicier à ladite instance intentée par lesdits PAYEN à l’encontre d’icelui FERRET père pour l’élection d’un autre audit mineur, et pour l’élection d’un subrogé tuteur au lieu dudit défunt PAYEN, et par ledit FERRET père a été intenté de sa défense au contraire.
Les biens étant en la maison de l’Écu-de-Bretagne, sise dite rue de la Lanterne.
(vue 5) inventaire dressé après le décès de Catherine REGNAULT, femme du défunt Sébastien PAYEN.

[278 – 7] 5 février 1642 – Inventaire dressé après le décès de défunte honorable femme Lucque MOLLARD, veuve de défunt honorable homme Pierre POISSON, mesureur de grains bourgeois de Paris, à la requête d’honorable femme Anne POISSON, veuve de feu honorable homme Jean MARLOT, marchand maître chapelier bourgeois de Paris, y demeurant rue de la Lanterne, paroisse Saint-Symphorien en la Cité, au nom et comme exécutrice du testament et ordonnance de dernière volonté de la défunte, et encore ladite Anne POISSON en son nom, héritière pour une tierce partie de ladite défunte sa mère, et en la présence d’honorable (femme) Claude POISSON, veuve de feu honorable homme Nicolas PERON, marchand bourgeois de Paris, demeurant dite rue et paroisse, et honorable homme Pierre POISSON, aussi marchand maître chapelier bourgeois de Paris, y demeurant en icelle rue de la Lanterne et paroisse Saint-Symphorien, lesdits Claude et Pierre POISSON aussi héritiers chacun pour un autre tiers d’icelle défunte leur mère.
Les biens étant en la maison où demeure ladite veuve, où est pour enseigne la Coupe-d’Or.

Bonne soirée
JD

cdemaz
cdemaz
Inlägg: 3186
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour à tous, :)

Un vague inconnu :D :

[278–12] Le 17 février 1642 – Inventaire après le décès de très haut et puissant seigneur maître Maximilien de BÉTHUNE, duc de Sully, pair et maréchal de France, décédé en son château de Villebon, sa demeure ordinaire. A la requête de Claude Valentin, écuyer, sieur de la Roche Valentin, intendant, au nom et comme procureur très haute et puissante dame Rachel de COCHEFILLET, duchesse de Sully, veuve du défunt. Et en la présence de haut et puissant maître Maximilien François de BÉTHUNE, duc de Sully, pair de France, prince souverain de Henrichemont et Boisbelle, marquis de Rosny, et encore en la présence de haut et puissant seigneur maître François de BÉTHUNE, chevalier des ordres du Roi, comte d’Orval, et de maître Jean PEAN, procureur au Châtelet de Paris, au nom et comme tuteur et curateur de damoiselle Louise de BÉTHUNE, fille de défunt haut et puissant seigneur maître Maximilien de BÉTHUNE, chevalier, marquis de Rosny, grand maître de l’artillerie de France. Lesdits seigneur duc de Sully, seigneur et comte d’Orval et damoiselle Louise de BÉTHUNE, habiles à succéder au défunt seigneur duc de Sully, et encore en la présence de maître Germain Soufflot, conseiller du Roi et substitut du procureur du Roi pour l’absence de haute et puissante dame Françoise de CRÉQUY, veuve dudit défunt seigneur marquis de Rosny, mère et tutrice honoraire de ladite damoiselle Louise de BÉTHUNE et de maître [blanc] REGNARD, agent des affaires de ladite dame. Inventaire fait en continuant l’inventaire fait à la requête de ladite dame au château de Villebon. Les biens étant en l’hôtel de Sully de cette ville de Paris, rue Saint-Antoine et plusieurs lieux.
Vue 27 : parmi les tableau on trouve une Joconde (La Joconde ?), et un portrait de Henry IV.
Je me dispense des titres.

[278–90] Le vendredi 7 mars 1642 – Inventaire après le décès de Marie BOUQUILLON, survenu le 20 février 1642. A la requête de son mari, Guillaume BOURET, voiturier par terre et entrepreneur de nettoiement du quartier de la Cité et rue de la Mortellerie, demeurant en l’île Notre-Dame, paroisse Saint-Louis, tant en son nom que comme tuteur de Jeanne, âgée de 14 ans ou environ, Jean, âgé de 11 ans ou environ, Henri, âgé de 8 ans, Denis, 3 ans, Michel, 16 mois ou environ, et Guillaume BOURET, âgé de 2 mois ou environ, leurs enfants mineurs. Et en la présence de Denis BOUQUILLON (signe BOUQUILLION), maître pâtissier oublier à Paris, y demeurant place de Grève, au nom et comme subrogé tuteur desdits mineurs (tuition du dernier février 1642). Les biens étant en la maison où ledit BOURET est demeurant en l’île Notre-Dame, et en laquelle la défunte serait décédée.
Vue 96, cote 2 : 1629 – Vente par Jérôme BOURET, laboureur demeurant ès faubourgs Saint-Martin et Louise PIGALLE sa femme, audit Guillaume BOURET, des part et portion qui lui appartenaient comme héritier de défunt Guillaume BOURET son frère, d’une maison sise faubourg Saint-Denis, indivise. (1637 : Louise PIGALLE est veuve de Jérôme BOURET).
Vue 97, cotes 5 et 6 : 1639 – Thomas BOURET, compagnon charron, frère dudit Guillaume BOURET.

Merci JF.
A bientôt,
Christophe.
Senast redigerad av 1 cdemaz, redigerad totalt 21 gånger.

dumultien
dumultien
Inlägg: 14294
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Bonjour à tous,

[278-1] Ni préjudicier à l’instance intentée par lesdits PAYEN à l’encontre d’icelui FERRET. – Et par ledit FERRET père a été protesté de sa défense au contraire. – L’Ecu de Bretagne : oui.

[278-7] Honorable homme Pierre POISSON, mesureur de grains, bourgeois de Paris. – Jean MARLOT : oui. – Nicolas PERON : oui.

[278-90] Guillaume BOURET, voiturier par terre et entrepreneur du nettoiement du quartier de la Cité. – (vue 96, cote 2) Comme héritier de défunt Guillaume BOURET son frère : oui.

Bonne journée. ;)
Senast redigerad av 1 dumultien, redigerad totalt 21 gånger.
Bien cordialement,

JF

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Inlägg: 6752
dumultien skrev:
21 oktober 2019, 07:56
[278-1] – Et par ledit FERRET père a été intenté de sa défense au contraire.
Bonjour à tous,

JF, je persiste à lire protesté ici :
Screenshot_2019-10-21 AN ET-LXXVIII-278 1642 - 1647 Paris (Paris, France) - Geneanet.png
L'initiale est typique des P de ce scripteur, et le S avant le 2ème T exclut "intenté".

À bientôt.
JD

dumultien
dumultien
Inlägg: 14294
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Oui, JD, tu as raison de protester ! Je file me plonger dans une baignoire de café ! :D

Et ne m'intente pas un procès pour si peu ! :mrgreen:
Bien cordialement,

JF

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Inlägg: 6752
dumultien skrev:
21 oktober 2019, 10:13
Oui, JD, tu as raison de protester ! Je file me plonger dans une baignoire de café ! :D

Et ne m'intente pas un procès pour si peu ! :mrgreen:
Excellent, JF :D

[278 – 164] 19 octobre 1642 – Inventaire dressé après le décès de feu Renauld TEVENIN / THEVENIN, maître tonnelier à Paris, à la requête de sa veuve Marie ROUSSEAU, demeurant au Marché-Neuf, paroisse Saint-Germain-le-Vieux, tant en son nom que comme tutrice de leur fille mineure Catherine THEVENIN, âgée de 21 mois ou environ, et en la présence de François THEVENIN, maître tailleur d’habits à Paris, cousin et subrogé tuteur de ladite mineure, icelle mineure habile à se dire et porter héritière dudit défunt son père.
(vue 168) contrat de mariage.

[278 – 169] 22 décembre 1643 – Inventaire dressé après le décès, survenu le 20 novembre 1643, de défunt noble homme Jean BEZARD, conseiller et secrétaire du Roi, maison et couronne de France, et de ses finances, trésorier et payeur des gages de messieurs les secrétaires de sa majesté, à la requête de sa veuve dame Jeanne LEFEUVRE, tant en son nom, à cause de leur communauté, que comme tutrice de leurs enfants mineures Jeanne BEZARD, âgée de 9 ans ou environ, Anne BEZARD, âgée de 7 à 8 ans, Catherine BEZARD, âgée de 4 ans ou environ, Anne BEZARD, âgée de 16 mois et Marguerite BEZARD, âgée de 3 semaines ou environ, présomptives héritières dudit défunt, et en la présence de Me Nicolas LEBOUCHER le jeune, notaire et garde-notes du Roi au Châtelet de Paris, au nom et comme subrogé tuteur d’iceux mineurs.
Les biens étant en une maison sise rue du Port, paroisse Saint-Landry.
(vue 175) contrat de mariage
(vue 176) ladite veuve héritière pour 1/6 de feus Me Nicolas LEFEUVRE et Marie FOUREBEUF sa femme, coté 3
(vue 177) Jeanne CAPON / CAPONG, veuve de défunt Claude BEZARD, père dudit défunt Jean BEZARD, coté 7
(vue 177) Jeanne DUBOIS, première femme dudit Claude BEZARD, mère dudit défunt Jean BEZARD, coté 8
(vue 184) livres.

Bonne journée.
JD

dumultien
dumultien
Inlägg: 14294
Släktträd: Icke-grafisk
Visa deras familjeträd.
Re,

[278-169] 22 décembre 1643. – Décès survenu le 20 novembre 1643. – (vue 176, cote 3) ladite veuve héritière pour 1/6 de feus Me Nicolas LEFEUVRE et Marie FOUREBEUF sa femme.

;)
Bien cordialement,

JF

jdp1
jdp1
Modérateur bénévole
Inlägg: 6752
Bonjour à tous,

On commence par un acte fleuve :

[278 – 215] 22 juin 1644 – Inventaire dressé après le décès de défunt André DE VERTHAMON, seigneur de Villaines et de Saint-Evroult, à la requête de Michel François DE VERTHAMON, seigneur et baron de Bréau (77720), Manœuvre (77139 Vincy-Manœuvre) et autres lieux, conseiller ordinaire du Roi en ses conseils d’état et privé et direction de ses finances, au nom et comme exécuteur du testament et ordonnance de dernière volonté du défunt, et en la présence de dame Catherine HEBERT, femme autorisée par justice au refus d’Henry DUBOIS écuyer sieur de Hautecombe, maître d’hôtel du Roi et néanmoins de lui pour ce présent autorisée à l’effet des présentes, dame Anne HEBERT, aussi femme autorisée par justice au refus de Me Charles DE LORME conseiller du Roi en ses conseils et trésorier de France à Bordeaux, lesdites dame faisant tant pour elles que pour Me Louis HEBERT, conseiller et maître d’hôtel du Roi, Messire Christophe HEBERT, conseiller du Roi en ses conseils, intendant des vivres de ses armées, et de Me Fiacre HEBERT, gentilhomme servant de Monseigneur le duc d’Orléans et conseiller général de sa maison leurs frères, lesdits sieurs et dames HEBERT habiles à se dire héritiers dudit défunt André DE VERTHAMON, et aussi en la présence de Mr Me Gabriel FOURNIER, conseiller du Roi et président en l’élection de Paris, damoiselle Diane Madeleine FOURNIER, femme autorisée par justice au refus de Me Esme FELLOYS, sieur de la Haré, habile à se dire héritière du côté maternel dudit sieur André DE VERTHAMON, et encore ladite dlle Diane Madeleine FOURNIER habile à se dire héritière ou légataire dudit défunt, de Me Nicolas Mignot, procureur au Châtelet de Paris, au nom et comme procureur de sieur François LE BEAU, bourgeois de la ville de Chartres, aussi habile à se dire héritier du défunt son cousin maternel, et en la présence de Philippe LE BEAU, fils dudit sieur François LE BEAU, Me Jean Baptiste Martenot, avocat ès conseils d’état et privé du Roi, au nom et comme procureur de noble et discrète personne Me Guillaume DE VERTHAMON, chantre de l’église cathédrale de Limoges, aussi habile à se dire héritier du côté paternel dudit défunt, de Me Jean DE VERTHAMON, prêtre curé de la Génétouze en Limousin (17360), tant en son nom que comme procureur de Messire Me Pierre de VERTHAMON, sieur de Fougeras, dame Jeanne DE VERTHAMON, veuve de feu David DE ROMANET, Jean DE VERTHAMON, sieur des Monts, Me Joseph DE VERTHAMON, syndic du clergé du diocèse de Limoges et promoteur en l’officialité, Jean DE VERTHAMON, écuyer, sieur de Chartedeaux, dame Jeanne DE VERTHAMON, veuve de feu Jean PECONNET, et encore de dlle Jeannette DE VERTHAMON, veuve de feu Mr Me Léonard ALLOUVEAU, juge de la ville de Saint-Germain (87380 Saint-Germain-Les-Belles), tous cousin et cousines germaines et habiles à se porter héritiers dudit défunt. Et encore ledit Me Nicolas Mignot procureur de Me Claude HEBERT, procureur en Parlement et dlle Marie HERBERT, veuve de feu Me Thomas COIGNET, aussi habiles à se dire et porter héritiers du côté maternel dudit défunt. Créanciers, scellé.
Les biens étant en une maison sise en la grande rue Saint-Honoré, en laquelle est pour enseigne le Dauphin.
(vue 229) partage entre ledit Gabriel FOURNIER, sieur de Chesneville, fils et héritier pour 1/4 de feue dlle Anne VIGNOLLE, et pour 1/4 de feu Philippe LE BEAU son frère utérin, et comme ayant les droits de Jean FAVOLZ et de dlle Madeleine LE BEAU, héritière pure et simple de ladite dlle VIGNOLLE pour 1/4, et aussi héritière dudit Philippe LE BEAU pour moitié du bien paternel, et du maternel pour 1/4, Me Jean BAZANIER, sieur de Chavron (?) à cause de dlle Denise LE BEAU sa femme et Me Christophe HEBERT et autres ès noms et qualités. Coté 26
(vue 230) accord entre Denise LE BEAU, veuve de noble homme Guillaume DE VERTHAMONT et dlle Anne DE VERTHAMONT leur fille, et ledit défunt André DE VERTHAMONT d’une part, et Mr Me Jacques DE SAINGS / DE SAIGUE, tant en son nom que comme procureur de dame Narde (Léonarde) DE VERTHAMONT et du sr. de SAINGS ses père et mère. Coté 29
(vue 230) ladite Denise LE BEAU veuve dudit Jean BAZANIER et auparavant dudit Guillaume DE VERTHAMONT
(vue 231) ladite Narde DE VERTHAMONT veuve de feu Me Guillaume DE SAIGUE, conseiller et procureur général au parlement de Bordeaux. Coté 34.

[278 – 233] Cf. page 6

À bientôt ;)
JD

Skriv svar

Återgå till "Paléographie en français (lecture de textes anciens)"